Incendie au marché “Gambela” de Yeoville : Les Congolais soupçonnent une piste criminelle xénophobe

Published 1 jour ago  on juin 22, 2022 By Rédaction Cp

C’est dans la nuit du 20 au 21 juin vers 2h du matin que les résidants de Yeoville (quartier de Johannesburg, en Afrique du Sud, où habitent les étrangers ) ont été réveillés par des explosions et des détonations produites provenant d’un incendie.

A en croire des sources locales, les vendeurs et vendeuses de ce marché étaient menacés par des membres de l’OPERATION DUDULA (chasse aux étrangers ) depuis le début de ce mois de juin. Et la semaine passée, ils n’ont pas pu vendre pendant deux jours.

La reprise des activités commerciales serait à la base de cet incendie. Des membres de ce mouvement xénophobe et afrophobe viennent ainsi de donner un avertissement sévère à tous les étrangers qui vendent dans ce marché.

Leur revendication est claire: le travail aux Sud-Africains et pour les Sud-Africains. Les étrangers n’ont pas droit de cité sur le sol sud-africain. Ce mouvement xénophobe et afrophobe est soutenu malheureusement par certaines autorités sans scrupules et certains agents de la police sud-africaine.

Ce qu’il faut retenir dans ce malheur qui vient de frapper les vendeurs et vendeuses du marché de Yeoville, communément appelé “GAMBELA”, est que les personnes majoritaires qui vendent dans ce marché sont des sujets congolais. Donc, c’est la communauté congolaise qui est la plus touchée.

Au moment où je suis entrain de coucher cet article , il y a des pleurs à Yeoville car les mamans congolaises, vendeuses au marché GAMBELA ne savent pas à quel saint se vouer ayant tout perdu !

Qui va dédommager ces pauvres femmes ? Ces mamans congolaises sont des femmes battantes, qui prennent en charge leurs familles.

Elles sont en règle avec la municipalité de Johannesburg et paient leurs taxes, mais les Sud-Africains ne veulent pas les voir vendre dans ce marché.

Est-ce que nos mamans vendeuses ont souscrit à l’ASSURANCE INCENDIE ?

En voyant la façon dont elles sont entrain de pleurer, on comprend qu’il y a quelques doutes

C’est à la société civile congolaise en Afrique du Sud de venir en aide à ces mamans vendeuses pour intenter une action en justice contre ce mouvement criminel nommé “OPÉRATION DUDULA”.

Ça fait quelques années que les Sud-Africains maltraitent les autres ressortissants africains sans que l’Union africaine et la SADC(Communauté de développement d’Afrique Australe) puissent les condamner et surtout les sanctionner. Et pourtant l’Assemblée panafricaine est à Midrand dans la province de Gauteng en Afrique du Sud.

Que fait l’ambassade de la RDC en Afrique du Sud ?

Le gouvernement sud-africain a oublié tout ce que les autres pays africains ont fait pour les noirs de ce pays pendant la période de l’apartheid de triste mémoire. La nouvelle génération des Sud-Africains ne connait pas cet épisode parce que le système éducatif sud-africain n’en parle pas.

Tant que l’Afrique du Sud ne sera pas sanctionnée comme à l’époque de l’apartheid par le boycottage, il faut un mouvement panafricain antixénophobe et afrophobe pour réclamer des sanctions économiques et l’isolement total de ce régime xénophobe et afrophobe de ce pays. Il faut noter que ce n’est pas tout le marché qui a été incendié mais juste une partie de l’entrée principale dudit marché.

Activiste, Penseur, Président honoraire de la communauté congolaise en Afrique du Sud et Notable de Madimba, Mingiedi Mbala N’zeteke Charlie Jephthé


		

Leave a Reply

Your email address will not be published.